Les monnaies locales en France

vert : monnaie en circulation           rouge : ne circule plus          bleu : en projet

Utilisez le bouton en haut, à droite, pour afficher la carte en plein écran.

64 réflexions au sujet de « Les monnaies locales en France »

  1. Pascale Aubert

    Bonjour je participe actuellement à la création d’une MLC sur le secteur d’Anduze dans le Gard et je me réjouis de la création de cet espace qui sera très utile pour avancer tous ensemble et échanger nos questions et réflexions. Faisons de nos rêves une réalité, il est temps de nous réapproprier nos vies.

    Répondre
    1. Lalande

      Bonjour, êtes vous toujours impliquée dqns le processus de monnaie locale ?
      Si oui pourrait-onse rencontrer car je suis, avec d’autres sur un projet de proposition de monnaie locale sur Sommieres. Merci pour votre réponse. Cordialement. Frédérique

      Répondre
  2. camborde

    Bravo !
    J’en parle à ma fille qui sera très, très, intéressée, puisqu’elle compte rejoindre votre région !
    J’ai très envie moi-meme de vous rejoindre, ou d’essayer de lancer la même chose ici, en banlieue parisienne, mais ça risque de prendre plus de temps…
    En tout cas, bonnes vibs à vous tous ! A bientôt!

    Répondre
    1. Robin

      Il me semble avoir trouvé une autre image pour expliquer ce que nous cherchons à promouvoir, plus facile à comprendre pour ceux qui savent ce que sont les monnaies complémentaires (MLC).
      Classiquement les monnaies locales n’offrent pas de possibilité de crédit à leurs adhérents.
      Par contre elles disposent d’un compte en banque et de fait demandent que l’argent déposé sur ce compte soit prêté, par la banque, sous une forme plus ou moins sociale et (ou) sur des marchés (plus ou moins) équitables.
      En fait nous ne faisons pas grand chose d’autre que de prêter directement cet argent aux adhérents eux mêmes, sans cout de crédit, sans date précise de remboursement. et avec l’assurance qu’il serve au commerce local pour le bien de la communauté.
      Autrement le système est le même avec en plus l’engagement des participants de dépenser leur consommation courante dans le commerce local et que les prêts consentis soient également dépensés sur place.
      Bien sur le but de tout ça : soutenir l’activité commerciale au sein de la communauté.

      C’est une autre manière d’expliquer les choses, peut être plus simple et plus évidente.
      Mon truc n’a pas d’autre ambition que ça … juste un peu mieux conçu que les autres pour permettre de profiter à plein de la création monétaire couverte par le roulement de la monnaie.

      Cela n’a rien de génial, ce qui l’est peut être plus c’est la technique employée.
      Faire qu’une monnaie locale comme celle là puisse être utilisée au sein de toutes les communautés qui en pratiquent une semblable… Conserver le caractère local à une monnaie intercommunautaire.
      Faire que l’UV, bien que locale, au profit de SA communauté, puisse être utilisée partout.
      Une monnaie électronique locale à usage universel !! (dans sa zone monétaire)
      Cela permet, entre autre, de pratiquer du prêt interentreprises où qu’elles soient, en dehors même de la propre communauté à laquelle elles appartiennent.
      En réponse à la question fréquemment posée, évidemment cela permet la vente par correspondance entre deux personnes affiliées chacune à sa communauté et toujours au profit de la communauté émettrice.
      Vous pouvez me joindre à roger-robin@quietart.fr

      Répondre
      1. la Dioise

        Projet de développement de la monnaie locale complémentaire « la voconce »
        dans le canton du Diois

        Cette année, un appel lancé en février par un groupe de citoyens via « les p’tites annonces du Diois » de Jean-Claude Mengoni a permis de constituer l’association la Dioise, à laquelle devraient s’ajouter d’autres personnes ayant amorcé une réflexion dans le même sens lors de la journée « Faisons-le et ça se fera » initiée par l’ESCDD et l’Accorderie fin mars. Depuis, un gros travail de défrichage a été mis en œuvre (récolte d’informations, échanges avec des responsables de projets déjà opérationnels à Montreuil, Grenoble, Valence, au Pays basque, Nantes, en Corse…).

        L’objectif est de créer une monnaie locale complémentaire qui pourrait peut-être s’étendre aux 64 communes du canton du Diois avec une population d’environ 13 000 habitants qui double ou triple l’été.

        Quelques antécédents…
        Dans le Diois, plusieurs initiatives autour des questions monétaires et du développement local ont déjà été menées, le plus souvent avec des buts ou une forme différente :
        – monnaie de fidélisation des commerçants de Die, le Dizz ;
        – projet de carte solidaire « Biovallée-agir ensemble » porté par l’Ecole de la nature et des savoirs ;
        – réflexion en 2011, directement liée à un projet de monnaie locale, du collectif « Diois en transition ». Et sans doute encore bien d’autres initiatives.

        Pourquoi utiliser une monnaie locale ?
        Pour relocaliser l’économie et financer les projets locaux.
        La commission prise habituellement par les banques lors de chaque achat sera effectuée automatiquement au profit de l’association pour assurer les frais de fonctionnement et surtout financer des projets locaux sous forme de prêts sans intérêts.
        Avantages pour les utilisateurs : participer au développement de l’économie locale ;
        Et pour les prestataires : favoriser le développement d’une économie locale ;avoir une nouvelle clientèle et la fidéliser.

        Comment ça marche ?
        Une communauté de citoyens décident de lancer avec un réseau de partenaires (commerçants, artisans, entreprises, associations, particuliers, collectivités) une monnaie locale complémentaire sur un territoire défini et selon des objectifs définis par une charte. Cette monnaie est acceptée comme moyen de paiement dans le réseau des prestataires. Il suffit de convertir des euros (1 pour 1) auprès d’un terminal qui permettra, quelle que soit sa banque, d’alimenter sa carte d’adhérent et de paiement en monnaie électronique. L’opération inverse sera réalisable à partir du même terminal.

        L’association est en lien avec l’association Delmo à Valence, « Bouge ta Corse » à Bastia et « la Pêche » de Montreuil (d’autres sont à venir) pour mettre en commun un modèle économique où tous les participants seront gagnants et un outil de gestion électronique des monnaies locales, à savoir terminaux de rechargement qui permettront d’approvisionner une carte de paiement en monnaie locale à partir de son compte courant quelle que soit sa banque, et plus tard éventuellement application pour smartphone.

        On nous a fait observer que la version papier identifierait mieux le territoire que la monnaie électronique, mais ce choix implique une gestion quotidienne que peu de personnes sont prêtes à assumer. Et surtout ce mode ne permet de financer ni l’association ni les projets locaux. Passer directement à une monnaie locale électronique nous évitera d’essouffler les bénévoles. Son avantage est de permettre une gestion automatique des transactions et un financement pérenne de l’association grâce à une commission de 0.2 % à 0.4% sur tous les paiements effectués par carte électronique.

        Comment seront choisis les projets financés ?
        Un outil de décision sera mis au point lors de prochaines réunions, par exemple selon des conventions citoyennes dont les membres seraient renouvelables, selon les propositions de Jacques Testart décrites dans son livre L’Humanitude au pouvoir. Comment les citoyens peuvent décider du bien commun, Editions du Seuil, 2015.

        Quelles perspectives ?
        Mutualiser au niveau national un outil de financement automatique des projets locaux grâce à un kit de gestion électronique des monnaies locales.
        Une fois cet outil de gestion électronique mis au point, l’association sera à la recherche de personnes qui rencontreront les prestataires du canton en vue d’une adhésion au projet. Les personnes intéressées pourront écrire à l’association la Dioise, domiciliée à l’ESCDD, place de l’Evêché à Die ou par courriel à ladioise@free.fr

        Répondre
    1. Marilyne Mougel

      Excusez nous, nous sommes en train de construire le site et nous attendons les infos pour tout mentionner….ca vient, mais si vous avez des infos précises à transmettre, remplissez la rubrique sur la carte de France correspondant à votre projet. Amitiés
      Marilyne et Michel

      Répondre
  3. VIVIANE TITS

    Les banques créent l’argent à partir de nos prêts. Donc elles ont intérêt à nous pousser à acheter le plus possible un de tout et de n’importe quoi et donc à consommer. Mais nous arrivons à la fin des ressources terrestres et la planète est super polluée par notre consommation. Il faut arrêter ce système qui nous pousse à polluer.

    Répondre
  4. Mougel

    Juste un petit clin d’oeil à Vivian Tits : oui, vous avez raison, mais n’oublions pas que si les banques créent l’argent à partir de nos prêts et nous poussent à consommer, le consommateur ou l’emprunteur est tout à fait responsable de ses actes d’achat et de consommation, de la relation qu’il établit avec le système, et avec le milieu bancaire, à commencer par le choix de la banque dans laquelle chacun fait domicilier ses ressources et auprès de laquelle il emprunte éventuellement…Pour qu’il y ait des banques qui abusent, il faut aussi des emprunteurs, parce que sans les dépôts et les emprunts, la banque ne peut pas aller très loin….Il s’agit bien donc, d’un changement de plan de conscience et je pense que les monnaies complémentaires favoriseront ce processus là….

    Répondre
    1. NEBOT Raymond

      Bonjour Mougel,
      Aprés en avoir débattu sur C’Cru « les monnaies complémentaires » tu avais parlé du SOL;
      C’est avec plaisir que je te retrouve ici.
      J’espére que tu vas bien. a Romans???

      Répondre
      1. Mougel

        Bonjour Raymond

        Je ne resitue pas le débat sur C’Cru, peux-tu m’éclairer ? C’était quoi, où, quand ?….
        Je suis aussi ravie de te trouver ici, et qu’on partage ce petit bout d’aventure dans ce cadre. Je n’habite pas à Romans, mais je suis de près l’aventure et suis allée pas mal aux plénières au cours de la première année de construction. J’y vais moins, en raison des déplacements (je vis à Grenoble), mais je reste en contact étroit avec l’équipe que je connais globalement dans son ensemble, et communique pas mal par mail ou téléphone. Je trouve que c’est l’une des expériences les plus exemplaires en terme de construction démocratique et mobilisatrice,en terme d’ambitions (volonté d’utiliser les monnaies à vocation économique, mais aussi en second temps, les monnaies à vocation sociale), et dans leur capacité à mutualiser, à construire des outils que je peux qualifier de « pro » au vu de l’expérience vécue, même s’il y aura à l’avenir à parfaire un certain nombre de choses, mais tout ce travail d’une société civile est exemplaire…
        La capacité aussi à construire un site qui vit, fait aussi partie des atouts de cette équipe. Un début de travail avec les collectivités publiques semble aussi prometteur. Les approches se font en douceur, chacun se respectant, malgré des positionnements politiques différents. Ca aussi, c’est exemplaire en l’état actuel des relations….Le seul fait que des commerçants et artisans aient participé à l’aventure de la conception de l’outil et des documents associés, comme dans la gouvernance, est exemplaire….Donc, beaucoup d’atouts à Romans…
        J’espère que la Mesure sera une véritable réussite, à la hauteur du processus et de l’énergie mises en oeuvre par l’ensemble de l’équipe….
        Amitiés et à bientot
        marilyne

        Répondre
  5. NEBOT Raymond

    Marilyne bonjour;
    J’ai a plusieurs reprises côtoyé cette équipe de Romans, bien que je n’eusse pas les statuts de l’asso. , leur volonté de mettre du social dans la MCL, m’a frappé au point que sur Marseille nous cherchons une solution pour faire de même.
    En ce qui concerne notre échange sur le site de C’CRU, l »atelier » avait été initié par Jacques « je crois » et tu avais mis un commentaire sur le SOL, j’y avais répondu à contre temps car je n’avais pas le temps après la lecture de ton commentaire (je partais)
    sans plus
    Portes toi bien
    Amicalement* raymond

    Répondre
  6. chriette

    Je ne sais comment s’organise l’instauration d’une monnaie locale
    mais si quelqu’un peut apporter son aide d’une manière ou d’une autre
    je propose la mienne pour la création d’une MLC à Paris.

    Répondre
  7. Brulavoine Thierry

    Bonjour,
    « Par ici la monnaie ! » ainsi s’intitule le nom de notre association fruit de six rencontres depuis le mois de novembre 2011 émanant du collectif « Riches ensemble/ St Nazaire en transition).
    Extrait de nos statuts :
    L’association « Par ici la monnaie ! » a pour but la mise en oeuvre d’une
    monnaie complémentaire, sociale et solidaire dont la vocation est de
    relocaliser l’économie en dynamisant la production du territoire liée
    aux besoins de ses habitants. La reconnaissance des femmes et des hommes
    au fil des générations et le respect du milieu qu’ils habitent sont au
    coeur du processus de production et de création de richesses.

    L’association fera oeuvre d’éducation populaire pour :
    – s’instruire des multiples faces de la monnaie ;
    – questionner le système de valeurs dominant ;
    – s’approprier démocratiquement les usages monétaires ;
    – conquérir la souveraineté populaire sur l’économie.

    Nous participerons à la journée d’étude consacrée aux monnaies dans l’Ouest organisée par l’Ecole des Mines de Nantes le 10 mai. Nous serons présents aux cinquièmes rencontres nationales les 23-24 juin.

    Répondre
  8. Ping : Enfin des biftons qui en ont ! | Même pas mal !

  9. Ping : Le sol-violette : une monnaie éthique et solidaire | L'Echo de l'Hers

  10. Ping : Réinventons le troc | Attention Blog Contagieux

  11. Ping : Les monnaies locales en France | Monnaies locales complémentaires (MLC) | Emergences | Scoop.it

  12. Ping : Touche pas au Grisbi, par ici la Monnaie … | Villejuif NOTRE Ville …..

  13. Hélène Gadeaud

    J’ai entendu hier sur Europe 1, l’existence de ce mouvement démocratique qu’est « la création de monnaies locales ». je suis subjuguée par cette idée. Je souhaiterais commencer un tel mouvement dans ma commune Rouez en Champagne pour l’étendre ensuite au département de la Sarthe où je constate qu’il n’existe aujourd’hui aucun mouvement de ce type. Je cherche dans un premier temps à comprendre et à me documenter sur le mode de fonctionnement et charte définie quant aux monnaies locales déjà en marche. Je regrette de ne pas avoir connu plus tôt les dates des assises nationales des monnaies locales. Existe -t- il des comptes rendus sur ces journées, ou des fascicules édités ? Toute information concernant la faisabilité, le fonctionnement et la mise en place d’une monnaie locale sur mon secteur sera la bien venue. Merci de votre collaboration. Cordialement.
    H Gadeaud

    Répondre
  14. Robin

    Je suis a la recherches de personnes un peu spécialisées, un peu théoriciennes des monnaies locales dans le but d’étudier avec elles une amélioration qui semble possible et à laquelle je travaille depuis un moment.
    Merci de prendre contact à l’adresse roger-robin@neuf.fr
    Amicalement

    Répondre
  15. MERLIN Chrsitine

    Bonjour, je suis étonnée de voir que la monnaie Bou’sol de Boulogne-sur-Mer en circulation depuis un an ne figure pas sur la carte. Probablement ne vous aura-t-on pas informés de son existence. Voir la page FB : https://www.facebook.com/pages/Monnaie-locale-Bou-sol/304419753025457 ou le site internet : http://www.bou-sol.fr/ Pour plus d’info contactez l’APMC, l’association citoyenne qui gère cette monnaie. Merci de l’intégrer à votre carte très instructive 😀
    Cordialement,
    C. Merlin

    Répondre
    1. Admin Auteur de l’article

      @ Christine

      Ce serait bien en effet que le Bou’Sol renvoie un formulaire pour nous signaler leur existence. Ils ne l’ont pas fait pour le moment ; nous devons supposer que c’est leur choix.

      La carte est remplie par les formulaires envoyés par les acteurs eux-mêmes.

      Répondre
  16. mhelba

    pourquoi ne pas proposer à l’état de racheter une partie de La Poste (à l’origine service public) qui se consacrerait à l’envoi de colis entre particuliers (personnes privées) avec une monnaie virtuelle, c’est un peu confus dans ma tête mais je vois une piste de ce côté qui permettrait d’ouvrir entre autres un certain nombre de sites virtuels d’échange de livres, disques, dvd, produits culturels en général avec ce même système de monnaie virtuelle, où le programme informatique serait très au point, ce qui nécessiterait le moins de logistique possible, bref, où les coût seraient réduits au minimum et où le site hébergeur ferait un minimum de bénéfices ou pourquoi pas pas du tout le site fonctionnant quasiment de façon autonome. c’est une idée comme ça, c’était juste pour dire une connerie ?

    Répondre
    1. Philippe DRISIN

      Bonjour Mhelba si vous permettez que je vous appelle ainsi. Vous paraissez particulièrement destinée (de par votre pseudo) à adopter la monnaie locale de Montreuil…..la pêche !
      Mais arrêtons de toujours vouloir améliorer la productivité. Les monnaies locales ne sont pas faites pour ça. Il y a et il y aura de moins en moins de travail disponible dans le monde: c’est en partie un effet secondaire des applications sur Internet. De nombreux universitaires sont maintenant d’accord là dessus. Mais on n’a pas besoin d’eux pour s’en apercevoir…..Lisez mon livre « Une Monnaie et des cercles », Paris, 2014 (dispo sur Price Minister et à la librairie Eyrolles à Paris). Vous en saurez plus !

      Répondre
  17. Alain

    Je vois avec plaisir que cette vieille idée de MLC ( 1800…) agite de nouveau les esprits. Dans les années 70, je me rappelle que le sujet avait été abordé ( brièvement et de façon caricaturale) en fac de sciences éco. L »un des problèmes, c’est que les pouvoirs publics ne sont pas clairs sur le sujet, notamment sur le plan fiscal et social. De fait, ce peut être la porte ouverte au « black »: pas de TVA, pas de charges sociales,… Il serait nécessaire que quelqu’un se dévoue pour rédiger un « rescrit »au ministère. l’administration française considère souvent qu’il est de son devoir de faire en sorte que personne ne s’écarte du droit chemin qui mène … dans le mur. Une fois la question réglée, il serait sans doute alors possible de démarcher des entreprises afin qu’elles versent une part des salaires en MLC, moyennant certains avantages de la part des collectivités territoriales. En l’état actuel, je ne serais pas étonné qu’un ou deux points de PIB réel sont déjà cachés dans ces échanges non comptabilisés auxquels il conviendrait d’ajouter les ventes de matériels d’occasion entre particuliers sur Internet…Si on ne peut pas gagner plus, autant dépenser moins…

    Répondre
  18. Ping : Quelles alternatives à la société de marché ? Eléments pour un débat (1/2) « Les chroniques de ma tante

  19. Paul

    Pourquoi ne pas utiliser les Bitcoins ou une autre monnaie utilisant la technologie Bitcoin.
    Gardez a l’esprit que Bitcoin est la premiere « app » … et est utilisée pour échanger de la monnaie virtuelle.
    Mais la vraie innovation vient de la plateforme elle-meme. Pas de son usage !
    1. Décentralisée (dans son infrastructure)
    2. Peer-to-Peer
    Le désavantage du papier aujourd’hui vient de la facilité a créer des contrefaçons ce qui n’est pas du tout le cas pour les « jetons » virtuels.
    🙂

    Répondre
    1. Admin Auteur de l’article

      Jusqu’à aujourd’hui, aucune MLC papier n’a jamais été contrefaite ; c’est un argument a posteriori mais qui a quand même sa force pragmatique.

      Et quand je vais regarder du côté du bitcoin, de façon tout autant a posteriori, je ne peux pas en dire autant. L’usage du bitcoin – côté malversation- ne plaide pas du tout en sa faveur : il faut se demander pourquoi…

      Répondre
  20. Pierre-Emmanuel

    Bonjour,

    Je suis étudiant au sein du Master 2 « Droit des Entreprises » (Master 122) au sein de l’Université Paris-Dauphine (Paris).
    Pour mon mémoire d’études, j’ai décidé de réaliser une étude juridique des monnaies locales complémentaires.

    Afin de procéder à cette analyse, j’aurais besoin de divers documents de projets implantés ou allant s’implanter en France:
    – Statuts d’association
    – contrat d’émission des monnaies locales signé par l’association et les entreprises du réseau
    – les critères d’admission d’une entreprise au sein du réseau.

    Bien évidemment, je suis prêt à vous tenir au courant dans l’avancement de la rédaction de mon mémoire, et aussi à vous le transmettre lorsque sa rédaction sera terminée.

    Bien Cordialement,

    Répondre
    1. Admin Auteur de l’article

      Bonjour
      Pour les documents, vous allez devoir aller à la pêche, projet par projet : à partir du site, plus exactement à partir des formulaires des projets, vous allez trouver un contact et après c’est à vous de voir.
      Il y a une rencontre nationale des MLC prévue les 23 et 24 mai : c’est la meilleure façon de rencontrer en direct des porteurs de projet et d’obtenir de la documentation.
      En fait, c’est plutôt vous qui pouvez nous rendre service par votre travail que l’inverse : c’est aussi en cela que les MLC redonnent de la maîtrise dans les usages.

      Répondre
    2. DRISIN

      Bonjour,
      J’ai deux de mes ouvrages à la bibliothèque de votre université sur le sujet
      Le premier, très ancien s’intitule « La monnaie secondaire » (années 1980)
      Le second s’intitule « La Théorie des cercles » (2011)
      Mais demandez à votre bibliothécaire qu’elle se porte acquéreur du plus récent (daté de 2014) et qui s’intitule « Une Monnaie et des cercles » (il est déjà à la bibliothèque de Sciences Po)
      Bonne lecture !

      Répondre
    3. Oddo

      Bonjour,
      Docteur en gestion de Paris Dauphine, et avocat honoraire, je prends connaissance de votre projet de mémoire de MLC. Pourrais je savoir de quel Master vous dépendez et quel enseignant vous appuie dans ce domaine. J ai bien noté la remarque de l administrateur qui attend de l aide de votre part, dans un domaine qui me parait sympathique mais rêveur. Il serait bon, sauf erreur de ma part, de recadrer cette question autour de réalités juridiques et économiques réalistes qui, à ma connaissance, ne sont pas réunies. Avez vous avancer dans votre projet de mémoire? Sinon, pourquoi. Merci.

      Répondre
      1. André BROUCHET

        Bonjour ODDO et les autres. Petites communes rurales (moins de 3500 habitants, soit 34.000 communes en France !) et monnaies complémentaires est le sujet qui m’intéresse. Qui peut me donner l’état de l’art en la matière ? On peut se rencontrer sur Paris pour en parler. Pour info je vais le samedi 26 septembre à MUROL au Congrès de l’AMRF (Association des Maires Ruraux de France réunissant 10.000 membres…). On peut me joindre voir mon pBonjour ODDO et les autres. Petites communes rurales (moins de 3500 habitants, soit 34.000 communes en France !) et monnaies complémentaires est le sujet qui m’intéresse. Qui peut me donner l’état de l’art en la matière ? On peut se rencontrer sur Paris pour en parler. Pour info je vais le samedi 26 septembre à MUROL au Congrès de l’AMRF (Association des Maires Ruraux de France réunissant 10.000 membres…). voir mon profil sur Linkedin (André BROUCHET) Merci.

        Répondre
    1. Marc Abel

      Bonjour Guillaume,

      Merci pour l’information, il serait peut-être opportun pour les porteurs de ce projet de remplir le formulaire qui donnera de la visibilité.

      Marc Abel

      Répondre
  21. Stéphane Basso

    Bonjour,

    L’ostrea, future monnaie du Bassin d’Arcachon, est indiquée en rouge sur la carte (ne circule plus) et non en bleu (en projet). Le projet est toujours bien actif, le lancement étant prévu pour fin avril 2016.

    Merci de rectifier si possible.

    Répondre
  22. Ping : On a zigzagué entre les nombreuses règles du Stück pour consommer à Strasbourg - Rue89 Strasbourg

  23. Joëlle

    Je suis intéressée par la création d’une MLC sur notre territoire. Il y a une rencontre MLC sur le Pellerin (44) du 20 au 22 novembre prochain, je ne pourrai pas y assister, puisque nous avons notre Téléthon dans notre commune ce week-end là. Je suis conseillère municipale et également membre du bureau de notre association Artisans et Commerçants de notre commune. il n’existe pas de MLC sur notre département. Ce projet m’interpelle sur les valeurs qui m’inspirent tels que le soutien à l’économie locale, la solidarité entre acteurs du territoire, le respect de l’environnement, voir le développement de l’emploi local.
    J’ai récupéré quelques infos sur le Galléco (Redon), sur So Nantes (Nantes) et sur l’Eusko (Pays basque) par le biais d’internet, mais si quelqu’un peut m’envoyer le compte rendu de la prochaine rencontre MLC du Pellerin, je l’en remercie.
    Aujourd’hui, je suis seule sur le projet, j’ai commencé à en parler à notre association et à notre maire (qui ne connaissaient pas ce principe) et je dois bien sûr fournir le maximum d’infos pour fédérer le maximum de personnes autour de ce projet.
    Merci pour vos réponses.

    Répondre
  24. Ping : Naissance d’une monnaie locale en Touraine | Cré-sol : Le blog !

  25. anonymes

    Bien le bonjour,
    Bien que votre projet ait été une bonne idée au départ, il semble que cela ait été un désastre au niveau de la communication et du manque d’organisation conséquent de la part des membres de l’organisation responsable de cette monnaie.
    En effet, ayant fait des recherches approfondies sur le sujet, nous avons constaté que les commerces ne sont pour la plupart pas intéressés ou tout simplement pas au courant. Les seuls ayant été informés et ayant accepté le projet dans leur établissement n’ont pour la plupart pas à leur disposition d’informations pertinentes sur le sujet, laissant ceux qui sont à la recherche d’informations sans pistes concrètes. L’organisation quand à elle n’est pas meilleure, les bureaux de changes étant difficiles à trouver et la monnaie à échanger, alors que les responsables du projets sont souvent absents ou non joignables.
    On peut donc espérer une amélioration prochaine de l’organisation liée au projet, sans quoi il semblerait qu’il n’ai aucune réelle utilité.
    Sur ce, bonne journée, en espérant une réponse a nos nombreuses questions.

    Répondre
  26. Ping : Une solution économique scandaleusement ignorée. | Outils et méthodes pour la gestion d'une entreprise ethique

    1. Gary

      Bonjour Morin,
      il y a un projet en effet, et qui est tout neuf! Nous sommes un petit groupe qui, via l’association Noéés (http://www.noees.org/), se rencontre pour la création d’une MLC à La Rochelle.
      Nous nous rencontrons cette semaine, contacte moi (garyradix@gmail.com) pour en savoir plus 😉

      Répondre
  27. Etienne

    Bonjour à tous,

    Etant totalement débutant dans le domaine je me pose cette question :
    Pour qu’une monnaie locale fonctionne, faut-il nécessairement que la zone d’utilisation de cette monnaie soit autonome ? Ou est-ce le but de cette monnaie locale que de rendre la zone autonome ?

    Il se trouve qu’après de nombreux questionnements j’ai décidé de chercher à devenir moi-même indépendant et/ou d’entrer dans une communauté qui serait autonome et utiliserait donc une monnaie locale unique

    Répondre
  28. Sylvain

    Bonjour à tous, j’aurais voulu savoir si un salarié travaillant pour une monnaie locale, dépend d’une convention collective ?

    Répondre
    1. astrid

      Si vous voulez avoir des informations sur la doume, il vaut mieux aller sur doume.org. Cadoumeen auvergne est un joli page internet, mais tenu par des étudiants qui ne sont pas en lien direct avec la doume et ont fait ce site comme partie de leurs études. Leur page facebook cadoumeenauvergne est également très chouette à voir.

      Répondre
  29. Ping : Définition de la monnaie locale – ca doume en auvergne

  30. Ping : Flers. Un collectif de Flers veut lancer une monnaie locale « Article « L'Orne Combattante

    1. Admin Auteur de l’article

      Bonjour

      Les commentaires sont modérés. Ce n’est pas une raison pour « censurer ». Nous passons donc ce message au contenu critique : ce qui n’est pas du tout un problème.
      Mais la formulation aurait certainement gagnée à être moins percutante tout en restant tout aussi directe.

      Répondre
  31. Ping : Carte des MLC en France | Oseille et patates

  32. LE DUIGOU

    Bonjour,

    Pouvez-vous modifier les paramètres de la monnaie de Valence sur la carte des MLC , svp ?
    Mettre le logo en vert car elle circule depuis le 19 janvier 2016.
    Nom de la monnaie : Bel, monnaie électronique,
    porté par association DELMO.
    Site http://www.bel-monnaie.info

    Merci d’avance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *